9/4/1915 (4)

La requête d'un ouvrier de l'usine à gaz de Bruxelles [Verzoek van een werknemer bij de gasfabriek - Request of a worker of the gas plant]

(In: L'Echo de la Presse internationale, 9/4/1915)

À propos du vœu exprimé par un ouvrier de l'usine à gaz de Bruxelles de faire placer des boîtes, le jour de la paie, près des bureaux des comptables, en vue de recueillir des secours pour tous les chômeurs syndiqués ou non, des ouvriers syndiqués nous font remarquer que:

1° L'argent récolté par les listes de souscriptions du syndicat, est versé uniquement par les syndiqués (à deux exceptions près et qui encore n'appartiennent pas à l'usine à gaz, ce qui veut dire que le solidaire de la lettre ne présenta jamais son obole, bien au contraire...).

2° Que la volonté expresse des ouvriers syndiqués et des deux fonctionnaires donateurs exprimée au cours des assemblées syndicales, est, que cet argent, versé par décision et solidarité syndicales, servent exclusivement aux chômeurs syndiqués.

3° Que les ouvriers syndiqués prirent cette décision, parce que sachant que sur la totalité des chômeurs du syndicat, sept seulement habitent des communes où les pouvoirs publics font quelque chose pour eux, tandis que tous les autres habitent des villages dont les administrations n'accordent pas même la soupe, encore moins l'indemnité de chômage!

Au surplus, nos correspondants ne désapprouvent pas le geste de leur compagnon de travail, mais ils tiennent à faire valoir celui des ouvriers syndiqués suppléant au manque de cœur, de ressource ou de prévoyance de certaines administrations communales.