20/4/1915

Le fromage blanc [Brusselse plattekaas - Brussels cream cheese]

(In: L'Echo de la presse internationale, 20/4/1915)

Le simple et bon, le prosaïque et populaire «platekees» connaît actuellement sur nos marchés et aussi sur nos tables, les honneurs de la grande vague. Le fromage blanc vit ainsi chaque année des heures brillantes, malheureusement suivies d'heures d'abandon. Sa gloire atteint son apogée en avril et en mai et elle se voile dès qu'arrivent les premiers fruits. L'époque heureuse coïncide d'ailleurs pour lui avec celle des petits oignons blancs et des petits radis roses. Plus tard, les petits oignons sont devenus durs et les petits radis durs sont devenus mous: deux affections d'âges qui les disqualifient les uns des autres.

Le fromage blanc est tout simplement, on le sait sans doute, du petit lait que l'on fait cailler avec le concours d'une matière fermentable qu'on y a jetée. La plupart des communes rurales de l'arrondissement de Bruxelles en fabriquent de grandes quantités amenées chaque matin sur nos marchés au moyen de charrettes chargées de coffres en bois et de paniers.

Le fromage blanc mérite, malgré la modestie de son origine et celle... de son prix, qu'on l'apprécie. Son caillot luisant met une note d'agréable fraîcheur au milieu de la table garnie en vue du déjeuner du matin. Ensuite après avoir flatté la vue, il rafraîchit le palais et va porter ses vertus dépuratives par nos organismes échauffés.

La tartine au fromage blanc constitue de temps immémorial le goûter préféré des familles bruxelloises allant dominicalement respirer l'air pur de la banlieue ou du bois de la Cambre. C'est une spécialité de guinguette dont le succès ne faiblit jamais. Même lorsque la consommation particulière ayant diminué, le fromage blanc est devenue rare sur nos marchés, on en mange toujours sous les tonnelles avec un insatiable appétit.

Le fromage blanc entre pour une grande partie dans la fabrication d'une spécialité bruxelloise connue sous le nom distingué et poétique de «pottekees». Ce dernier est une mixture de fromage blanc, de fromage de Bruxelles, d'oignons coupés et aussi, dit-on d'une larme de faro. Son goût est un peu piquant et fort agréable lorsqu'il est arrosé d'une généreuse bouteille de « gueuze ». La bière un peu capiteuse aide l'estomac à digérer le «pottekees» et celui-ci aide l'estomac à supporter impunément les flots de la bière un peu capiteuse. Ce sont dans ces conditions deux spécialités bruxelloises bien faites pour s'entendre et qui peuvent conduire leur homme fort loin...