27/6/1915

Te Waterloo [Valse geruchten - Fausses rumeurs sur Waterloo - False rumors about Waterloo]

(In: Gazet van Brussel, 27/6/1915)

We ontleenden onlangs aan een Engelsch blad het bericht van een dame, die meende, dat de Duitschers bezig waren de pyramide te Waterloo af te breken. Onze Berlijnsche korrespondent schrijft ons, dat het niet waar is. Hij is er vijf weken geleden nog op geweest, onder geleide van Duitsche officieren. Alles was er nog al steeds, schrijft hij, met entrée, postkaartenverkoop, gebedel, enz. De Goeverneur in België had zelf den tocht voor ons voorgesteld en de Duitschers schenen er niet aan te denken, daar iets te veranderen. Alle monumenten in die buurt waren onaangeroerd. Er was inderdaad een Duitsch kamp eenige honderden meters van de pyramide. Toen lagen er troepen met machiengeweren, die ook inderdaad druk bezig waren, zij het ook alleen met soep koken. We mochten ze fotograferen.


26/6/1915

Jolie perte [Mauvaise gestion alimentaire - Slecht voedsel beheer - Bad food management]

(In: L'Echo de la Presse, 26/6/1915)

En mai dernier, pour assurer la nourriture des habitants de l'agglomération bruxelloise, le Comité de l'alimentation fit une commande importante de pommes de terre que l'on expédia d'Irlande et de Rotterdam, vers Bruxelles.

Par suite de certaines circonstances, notamment des difficultés du transit, ces pommes de terre nous arrivèrent, après de longs retards, en très mauvais état. Elles furent partagées entre les différentes communes de l'agglomération et emmagasinées dans des dépôts autour desquels une puanteur insupportable se fit immédiatement sentir. Les chômeurs, auxquels on délivra ces pommes de terre, se plaignirent de leur qualité, d'aucuns refusèrent de les accepter.

On nous annonce que dans certaines communes,  on a délivré pour rien, ou à peu près, la partie de ces pommes de terre qui est encore mangeable. Le reste ira à la voirie.

On nous assure que l'achat dont il s'agit comporte cinq millions de kilogrammes à 14 centimes, soit pour 700.000 francs. C'est une jolie perte.

11/6/1915

Lettre d'enfant [Brief van een kind - Letter from a child]

(In: L'Indépendance belge [édité à Londres], 11/06/1915)

Nous publions ci-dessous une lettre qu'un jeune garçonnet a envoyée au roi Albert et la réponse que notre souverain lui a adressée. Nous respectons le texte de la missive.

Moosch, 23 décembre 1914.

Cher roi Albert,

Je sui un petit Belge qui habite Moosch en Alsace qui est maintenant française. Je viente dire que je t'aime de tout mon petit coeur et je t'envoie 100.000 baisés car tu est si courageux et je sui fier que tu es mon roi.

Tous les jours je prie le petit Jésus pour que tu puisse de nouvo et biento revenir à Bruxelles avec ta janti raine et tes petits enfants.

Sé dommage que je sui ancore si peti, j'ai selment 8 ans, car j'aimerai osi tédé à chassé ses méchan Boche hor de notre chère Belgique.

Quan je seré gran, alors j'aimerai osi etre un général ausi courageux que toi.

Je te quite et t'embrasse très très fort.

Un petit, W. Moosch par Bussang.

 

Le 9 février 1915

Cher petit compatriote,

Sa Majesté a été heureuse de lire votre lettre vraiment touchante.

C'est bien gentil à vous d'avoir pensé à votre Roi au jour de l'an et de lui avoir adressé des voeux qui viennent du coeur.

Sa Majesté désire que je vous remercie vivement et vous exprime sa sympathie.

Bien à vous,

Secrétaire.

 

N'est pas que c'est à la fois charmant et touchant?