19/08/1914 (3)

La censure [belge] [De belgische censuur - Beglian censure]

(In: Le Soir, 19/08/1914)

Dans l’intérêt de la défense nationale, le général commandant la province a pris diverses mesures: parmi celles-ci, figure, vis-à-vis de la Presse, l’exercice d’une censure qui n’a évidemment rien de constitutionnel.

A quoi bon ergoter à ce propos ? Nous savons tous qu’au lendemain de la guerre de 70-71, les Allemands se vantèrent publiquement d’avoir été renseignés sur les mouvements de l’armée française par la presse parisienne et bruxelloise.

Voudrions-nous que pareille mesure se répétât ?

Nous sommes tous justement jaloux des prérogatives que nous donnèrent les Constituants. En ces heures troublées, qui donc songerait à réclamer l’exercice d’une prérogative quelconque ?

Que nous soyons au travail – dans l’usine, dans les champs ou à la rédaction, – nous devons être, nous sommes tous, aujourd’hui comme nos pères, nos enfants qui sont dans les rangs des soldats disciplinés de la nation levée, tout entière contre la barbarie.

La Constitution, la liberté de la Presse, qu’est-ce que tout cela, quand les envahisseurs sont là ?