Malgré la chute de la ville de Liège, le président de la république française décerne en ce 7 août 1914 la croix de la légion d'honneur à la cité ardente pour son courage et son opiniâtreté. Elle fut la première ville étrangère à recevoir cette haute distinction. Grâce à la pugnacité des forts de Liège, 40.000 soldats allemands ont été bloqués à l'est de la Belgique et ont fait perdre du temps à l'armée allemande. Ce qui a permis à la France de regrouper ses troupes pour défendre ses frontières. Pour écraser les forts, les Allemands ont utilisé des canons et des obusiers de gros calibres, tels 305 et 420 mm. Ils ont même fait appel à leurs alliés autrichiens pour qu'ils leur envoient des canons de marine de 305 mm. Le bourgmestre de Liège n'a reçu sa décoration qu'en 1919.

Avec l'aide de l'Empire britannique, la frêle Belgique bloque le passage des Allemands.

 

Le petit hérisson se fera-t-il écraser par la voiture allemande?

 

L'agneau belge au prise avec le loup allemand.

 

Le Roi Albert, en Saint Michel, terrassant le dragon sous la forme de Guillaume II.

 

Portrait de l'infirmière britannique Edith Cavell, directrice de l'école d'infirmières du Dr Antoine Depage à Bruxelles. Arrêtée pour complicité avec l'ennemi avec la création de réseaux d'évasion, incarcérée à la prison de Saint-Gilles, sans moyen de défense, elle est mise à mort le 12 octobre 1915. Elle devient par la suite l'icône de la Résistance tant en Belgique qu'à l'étranger. Sur la photo, le chien couché à droite s'appelle Jack: il a survécu à sa maîtresse et a même été empaillé.

L'ignoble exécution d'Edith Cavell, infirmière bruxelloise d'origine anglaise, accusée et mise à mort par les Allemands pour complicité avec l'ennemi, est "utilisée" comme moyen de propagande en Grande-Bretagne pour recruter l'armée.