21 juillet 1916

Deuxième fête nationale sous l'occupation allemande. S'attendant à des manifestations patriotiques de la part des Bruxellois, les Allemands ont pris les devants : plus de patrouilles militaires en rue, des autos-mitrailleuses circulent en ville. Par affiche, le gouverneur général fait savoir que les atroupements, les cortèges, la déposition de fleurs devant des monuments patriotiques, la fermeture des magasins et des cafés, le pavoisement des édifices publics et privés et les chants patriotiques sont interdits. Les infractions sont punies de lourdes amendes et de 6 mois de prison.

Afin d'éviter de se faire arrêter par la "Polizei", certains Bruxellois confectionnent des épingles de cravatte patriotiques. Celle-ci est ornée d'une pièce en argent représentant le Lion Belgique, entouré de la date de la Fête nationale (21 juillet 1916), les chiffres étant peints dans les trois couleurs nationales.